L'image du fusible - La crise d'angoisse

Mis à jour : avr. 10


Savez-vous à quoi sert un fusible ?




Fusible

nom masculin Petit fil d'un alliage fusible qu'on interpose dans un circuit électrique pour protéger une installation, un appareil.


"Le coupe-circuit à fusible (souvent simplifié en fusible) est, en électricité et en électronique, un organe de sécurité dont le rôle est d'ouvrir un circuit électrique lorsque le courant électrique dans celui-ci atteint une valeur d'intensité donnée pendant un certain temps"

Cette superbe invention permet donc de couper l'électricité dans un logement qui en subit une surcharge. S'il n'y avait pas de fusible, l'électricité continuerait de se propager et il y aurait de grandes chances pour que toute la maison prenne feu.


Chez les êtres humains, le fusible c'est la crise

Cela peut se manifester sous la forme :

  • De crises d'angoisses / de panique

  • De crise de colère / de nerfs

  • De pleurs

  • D'abus d'alcool / de cigarettes / d'autres substances

  • De comportements à risques

  • ...


Ce n'est pas pour rien qu'on appelle ça "pétage de plomb".


L'un des exemples les plus fréquents est la crise de panique.

Il s'agit de symptômes physiques incontrôlables qui, par effet de surprise, provoquent chez la personne qui en souffre la pensée irrationnelle : "Je vais mourir".


Les symptômes peuvent être :

  • Hyperventilation, sensation de manquer d'air, asthme

  • Tachycardie, le cœur qui bat très vite

  • Étourdissements, sensation de tournis, de perte de conscience, de perte d'équilibre

  • Malaise vagal

  • Migraine intense

  • Tremblements

  • Sueurs froides ou bouffées de chaleur

  • Transpiration

  • ...

Rien de très agréable en somme...


C'est généralement à cause (ou grâce) à ces symptômes que de nombreuses personnes passent le pas de faire appel à un professionnel.

La demande principale est : "Faites-les partir."

Or, demander à ce qu'on retire les attaques de panique reviendrait à demander à un médecin "Faites que mon corps arrête de digérer les aliments". Ce serait absolument contre-nature et impossible.


Attention, je ne dis pas qu'on devra vivre toute la vie avec ces attaques de panique.

Je dis juste qu'elles sont là pour une bonne raison et que cette raison est plus importante que la crise elle-même.


Ces crises sont en réalité la solution qu'a trouvé votre corps pour vous aider au mieux à faire face à un problème... ce n'est donc pas le problème.

Votre corps et votre esprit sont intimement liés l'un à l'autre. Des signes avant-coureurs ont fait leur apparition bien avant la première crise mais vous n'avez pas pu les écouter, sinon la crise n'aurait pas eu lieu d'être.


Cela pouvait être :

  • Des douleurs corporelles

  • Des pensées négatives sur les autres, le monde, les choses, les événements...

  • La sensation de subir les choses, de ne pas être libre, d'être obligé(e), de ne pas avoir le choix

  • Des sautes d'humeur notamment envers les personnes que vous aimez les plus ou qui ne vous ont rien fait 

  • Difficultés à l'endormissement ou à avoir un sommeil réparateur


Il est donc primordial lorsque l'on souffre de ces crises, de trouver quelle est ou quelles sont leurs utilités premières :

  • Je n'ai jamais sur dire non

  • Je n'arrive pas à dire ce que je pense réellement

  • Je me sens bloqué(e) dans une situation / dans ma vie

  • Je ne me sens pas compris(e)

  • Je ne pense pas mériter d'être heureux/heureuse

  • Je suis entrain de tirer sur la corde et je n'ai plus d'énergie

  • Je ne sais pas comment gérer mes émotions / mes relations aux autres

  • J'ai envie de changer de job/de conjoint(e)/de vie mais je n'ose pas

  • J'ai l'impression d'être faible et à la merci de manipulateurs autour de moi

  • J'ai vécu un événement traumatisant qui a réveillé en moi des douleurs passées

  • ...

Cette liste n'est qu'un aperçu de ce qui peut se cacher derrière une crise.


On retrouve toutefois assez régulièrement chez les personnes qui en souffrent un manque d'affirmation de soi, d'estime de soi, une envie de tout contrôler, une peur intense de l'échec et un perfectionnisme élevé.

Petit aparté :


Ce n'est pas pour rien que l'épuisement professionnel s'appelle un burn-out (burn = brûler). Le fusible a subit une trop forte charge mentale de manière prolongée et a donc fini par brûler.

Ainsi, plutôt que d'essayer à tout prix de retirer vos crises, remerciez-les, et cherchez leur utilité afin de travailler dessus. Ainsi, le fusible ne sera plus jamais surchargé, cela signifie donc : plus de pétage de plomb.


"Remercier mes crises ? On voit que ce n'est pas elle qui les vit au quotidien ! Elles arrivent sans prévenir, il n'y a rien de tout ça dans ma vie, je suis sur mon canapé, tranquille, et PAF !"


Oui, lorsque les plombs sautent, on ne comprend pas toujours pourquoi. Il y a une réaction à retardement qui peut se mettre en place, et ce, justement lorsqu'on relâche la pression. "Tiens, je vais trop bien, ce n'est pas normal..." . Votre corps est continuellement sous tension et la moindre petite pensée d'une microseconde peut être à l'origine de la panne.


Vous savez que j'aime les exercices et les outils, alors, tout de même, pour ne pas vous laisser sans rien, voici une petite technique qui permet de soulager les grosses crises.


Dr Emmanuel CONTAMIN sur PepPsy



  • Google Adresses Icône sociale

©2019 by Alicia Petrini. Proudly created with Wix.com